Isolation des materiaux nouveaux

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 20 janvier 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
20 janvier 2012
-
Messages postés
3035
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
29 novembre 2021
-
Bonjour,
Je voudrais faire l'isolation a l'extérieur d'une vielle maison des deux étages (environs 130 mètres carrés) et j'aimerais savoir quel matériau isolant est utilisé le plus largement en notre pays et combien ca coûte. Pour une maison comme ce-ci je dois utiliser combien mètres carrés de ce matériau pour l'extéèèrieur au total ? De plus, j'ai aussi entendu parler que les P.I.V. (panneaux isolants sous vide) sont très efficace pour l'isolation et je voudrais savoir quelqu'un a-t-il les utilisés pour l'isolation et combien ca coûte pour chaque mètre carré. Merci beaucoup !!!

5 réponses


Bonjour, les panneaux isolants sous vide sont effectivement efficaces mais chers et... sous vide donc pas de vis, clous etc... sinon percé, ce n'est pas plus isolant qu'une bonne vieille plaque d'Isorel de 10! ça nécessite une pose complexe, des dimensions sur-mesure, et c'est étanche à la vapeur d'eau (donc pose d'un pare vapeur intégral côté chauffé!)

Pour l'isolation par l'exterieur, il faut définir l'épaisseur d'isolant optimale, le degré de perspirance (respiration du mur pour évacuer l'humidité) selon sa composition et respecter scrupuleusement la pose.

La fibre de bois, la ouate de cellulose, si la finition est en bardage bois ou autre.

Les briques de chanvre, mousse minérale, fibres bois haute densité, si la finition doit être un enduit.

Je vous conseille de vous tourner vers un professionnel sensibilisé à ces problématiques, qui pourra vous chiffrer en détail tout ça.
Messages postés
3035
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
29 novembre 2021
1 737
bonsoir
Je suis extrêmement sceptique quand aux panneaux dits isolé sous vide . Pour avoir un gain significatif , il faut descendre la pression à 0,1 millibar , ce qui permet d'avoir une conductivité thermique de 5mW/m.k au lieu de 40 pour la plupart des isolants . Toutefois maintenir ce niveau de pression avec des enveloppes scellées sur des dizaines d'années parait illusoire , sauf à utiliser des enveloppes métalliques soudées (problème des ponts thermiques ) ou en verre type dewar .
Seuls les matériau de remplissage nanostucturés ou aerogels permettront d'atteindre ces performances sous des pressions plus élevées . Pour l'instant les applications sont limitées au spatial , ce qui donne une idée du prix

Non ce n'est pas utilisé que dans le spatial, les PIV sont utilisés à Paris de maniere expérimentale dans la rénovation de vieux immeubles...en isolation interieure "gain de place maxi"... mais je suis sceptique comme vous sur le côté durable de ce système, et son prix reste élevé.
Messages postés
3035
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
29 novembre 2021
1 737
Quand , je parlais d'application dans le spatial (que je connais bien pour avoir travaillé dans ce domaine ) , je faisais référence aux matériaux nanostructurés (sur lesquels j'ai également travaillé ) , qui je le maintiens n'ont , à ce jour , pas été appliqués en dehors du spatial . En ce qui concerne les PIV , même si il ne s'agit pas d'ultra-vide (qui a été aussi mon domaine d'activité ! ) je reste effectivement sceptique sur la durabilité avec les technologies actuelles .
Mais tout ceci n'a plus beaucoup de rapport avec le problème de départ , et ne présente pas beaucoup d'intérêt , pour l'internaute qui a posé la question bien terre à terre de l'isolation d'une maison !

Ok, lu trop vite autant pour moi!
Mais on tombe finalement d'accord sur les PIV! Dites, les nanostructurés ça doit être super passionnant... avez-vous un article ou deux juste pour infos?
Messages postés
3035
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
29 novembre 2021
1 737
Je faisais allusion à des travaux effectués dans les années 80 . Initialement l'idée était de développer une nouvelle technologie pour les réservoirs de stockage cryogéniques . Ces réservoirs comportent une enceinte intérieure qui résiste à la pression intérieure , et une enveloppe extérieure résistant à la pression extérieure . L'idée était de reprendre la pression extérieure , en la transmettant à l'enveloppe intérieure ,en remplissant l'espace sous vide avec un isolant tenant en compression . Comme toute idée géniale , celle ci n'a pas débouchée . Même si elle permettait d'éliminer les échanges par convection et de réduire les échanges par conduction , elle ne permettait pas d'interposer des écrans pour éliminer les échanges par rayonnement , ce qui est obligatoire pour ce type d'équipements .

Il y a eu une application de ce type : c'est la liaison entre les réservoirs hydrogène et oxygène du troisième étage Ariane .Le compartiment , constitué de deux fonds parallèles , espacés par un nid d'abeille , était scellé sous vide . Compte tenu de la durée très courte entre la fin des remplissages et la fin de la phase propulsive (moins de 30 minutes ) l'absence d'écran n'était pas un problème . Par ailleurs le fond hydrogène , refroidi à -250 °c , permettait de maintenir le vide par condensation des gaz résiduels . La technique a très bien fonctionné pour tous les vols Ariane 4 , jusqu'au remplacement par Ariane 5 , qui a une autre architecture .

Le concept a été repris pour développer des panneaux isolants hautes performances , c'est à dire sous vide . La technique s'appuyait sur la perlite ultra fine enfermée dans une enveloppe évacuée sous vide poussé . (A ce titre on se rapprochait du domaine des matériaux nanostructurés , même si le terme n'existait pas à l'époque) . Les performances atteintes étaient effectivement intéressantes , mais le problème de fiabilité et de péréennité du vide poussé , avec des enveloppes minces souples , a fortement handicapé la technologie . En cas de rupture du vide , non seulement les performances thermiques sont perdues , mais l'intégrité structurale des panneaux est également perdue .

Les aérogels devraient permettre d'assurer l'intégrité structurale même en cas de perte de vide , et par ailleurs de garder des performances thermiques . (A noter que l'application connue dans le spatial n'utilise pas l'aérogel comme isolant mais comme pièce structurale ) . Mais , pour que la technologie débouche , il faut que les prix soient réduits d'un à deux ordres de grandeur .
On est encore bien loin du problème de départ !
bonjour,
moi j'ai isoler ma maison par l'extérieur ( environ 100m²) avec des linteau a 120mm du mur sur des équerres réglables, ainsi qu'une laine de roche de 120mm contre le mur , une lame d'air de 75 mm et un bardage type fibrociment . cela me fait un coefficient de résistance thermique de 2,8 qui est exigé pour l'eco ptz.

le tout est très efficace.

coût des travaux par un entrepreneur : 14000 € environ.

Oui, c'est un système efficace mais je conseillerai une ossature en 10 avec isolant de 10 au lieu de 12, et une couche croisée de 5 par dessus, là plus de pont thermique et une performance digne de la nouvelle RT 2012! soit une vraie mise aux normes thermique valable pour des années.

Mais tout ça dépend aussi du mur lui même, de sa composition, et de l'autorisation du permis de construire bien sur!