ISOLANT MINCE SUR VOLIGES

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 18 mai 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
7 juin 2021
-
 lucienpel -
Bonjour, Bonjour,
J'ai acheté une maison avec une petite extension récente (2 ans) de 28m2 fermée par une baie vitrée. Sa charpente a des voliges sur lesquelles est directement agrafé un isolant mince recouvert par un pare-pluie sur lequel il y a des liteaux puis des tuiles.
A l'intérieur du bâtiment, il n'y a aucune isolation sous les voliges qui sont donc apparentes.
Pour l'instant pas de condensation, aucun problème et je compte y installer une petite cuisine et l'aménager un peu avec aussi un radiateur. En parcourant les forums je me demandais si je risquais d'avoir de la condensation entre l'isolant mince et la volige entrainant de l'humidité voire un pourrissement des voliges et de la charpente ?
En prévention dois-je mettre une ventilation style aérateur ou VMC à l'intérieur et/ou des tuiles-chatières pour faire davantage de ventilation entre le pare-pluie et mes tuiles ? Faut-il plutôt enlever l'isolant mince et donc détuiler........
merci d'avance pour vos retours !
,

3 réponses

Bonjour

en général les isolants minces font aussi pare vapeur
très rare sont ceux qui sont perméable à la vapeur d'eau
( à vérifier quand même avec la marque et le modèle)

Dans une cuisine une ventilation est nécessaire pour évacuer
la vapeur d'eau : cuisson des aliments, .....
Avec des tuiles une ventilation de la sous face de la couverture
est aussi nécessaire : chatières , faitières ventilées, ....

Cdt
Bonjour et merci pour votre réponse qui conforte mon idée de ventilation de mon annexe.
Je me pose quand même encore la question du risque de condensation entre mon isolant mince agrafé sur mes volige. Est il réel ou non ?
Merci d'avance pour vos réponses et bonne journée.
Bonjour

le problème principal vient du fait que l'on n'ai jamais sur de
la résistance thermique de l'isolant , sur des sites genre ADEME
par exemple les IMR sont considérés comme : complément d'isolation

Pour être sur que quel que soit les températures et hygrométrie
généralement observées il n'y a pas de risque de point de rosée
il faudrait par exemple faire des simulations avec Ubakus

Cdt