Lame d’air sous voliges… mais pas si simple !

stef - 2 févr. 2022 à 18:19
 Stef - 4 févr. 2022 à 23:11
Bonjour à tous !

Dans le cadre de la réhabilitation de notre maison ancienne, nous souhaitons isoler des combles non habités.
Les caractéristiques de notre toiture : tuiles mécaniques plates posées sur des voliges en pin (sans liteau / contre liteau ni film HPV ou autre), donc pas de lame d’air sous toiture. Les voliges sont assez espacées entre elles, bref l’air passe pas mal.

Nous souhaitons isoler avec de la laine de bois (ou laine de chanvre) sans déposer les tuiles ni les voliges qui sont encore en bon état, mais la question de la pose de cet isolant se révèle plus complexe que prévu.

Solution 1 : Vide d’air sous voliges.

En effet, beaucoup de préconisation vont dans le sens de la fameuse « lame d’air » ventilée de 2 cm (voire de la hauteur du chevron) entre la fibre de bois et la volige, mais j’ai trouvé quelques réserves ici et là, notamment sur le fait d’amener de l’air (froid et humide en hiver) qui ne va pas permettre d’évacuer l’humidité, au contraire, avec un risque de condensation élevé sur les voliges / tuiles.
De même, on se retrouve ainsi en configuration « toiture froide », décriée depuis tant d’années avec des pertes énergétiques en termes d’isolation. Sans compter que cette solution nous obligerait à ventiler cette toiture en ouvrant des espaces entre les chevrons (avec grillage pour empêcher les bébêtes de rentrer) et des chatières en haut de toiture.
Il y aurait éventuellement la solution de la lame d’air non ventilée, mais dans ce cas je n’en vois pas trop la différence par rapport à la solution 2.

Solution 2 : Pas de vide d’air sous volige

Et si on collait directement la fibre de bois sur la volige ? Après tout, la volige discontinue se comporte un peu comme un film HPV + lame d’air (perspirant). La vapeur d’eau qui passera dans l’isolant puis dans la volige sera évacuée par les tuiles. Sans compter que nous avons prévu de mettre une membrane pare-vapeur après notre placo pour limiter l’apport d’humidité et que la chambre disposera d’une VMC.
Mais dans ce cas, est-ce qu’on ne fait pas pire que notre toiture froide précédente ? Avec un risque d’accumulation de vapeur d’eau sous les tuiles (pas de liteau / contre-liteau) et un risque de condensation énorme ?

Au secours Obi Wan Kenobi, vous êtes notre seul espoir ;-)

6 réponses

Bonjour

< je crains que le cas de notre toiture assez spécifique (sans sous-toiture) ne soit pas évoqué >

Come vous dites : Les voliges sont assez espacées entre elles, bref l’air passe pas mal.

je pense que la présence de cette volige ne change pas grand chose à une situation 'classique' à mon avis le problème serait différent si la volige était
bien jointive.

Cdt
1
Merci beaucoup pour vos conseils ! On va étudier tout cela et revenir ici pour le retour d'expérience :-)
0
Bonjour

trouvé ça , mais pas sur que cela puisse vous aider

https://www.toutsurlisolation.com/isolation-thermique/etancheite-a-lair/comment-reussir-letancheite-a-lair/dans-le-cas-dune-isolation-sous-volige-ancienne-peut-on-mettre-directement-la-laine-sous-la-volige


Cdt
0
Bonjour !
Merci pour votre retour :-) J'avais déjà vu effectivement cette page web, elle va effectivement dans le sens de l'option 1, mais avec les effets de bord de la toiture froide (surrefroidissement de la toiture, condensation, etc.).
Bref, je cherche toujours à creuser cette option 2.
0
atlassaturn
Messages postés
3138
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
31 juillet 2022
1 820
Modifié le 3 févr. 2022 à 21:33
Bonjour
Je ne comprends pas bien le risque et les inconvénients que peut présenter la lame d'air ventilée en sous-toiture .
Risque d'amener de l'air froid , saturé en humidité donc d'avoir des condensations ? Même si l'air froid de ventilation est saturé d'humidité((ce qui n'est pas systématique) , en arrivant dans une zone plus chaude , il sera désaturé et donc capable d'absorber de l'humidité . Pour qu'il y ait condensation ,il faudrait que la sous-toiture soit plus froide que l'air extérieur , ce qui est impossible .
Inconvénient : amener de l'air froid au dessus de l'isolation et perdre l'effet d'isolation de la toiture . L'isolation apportée par les tuiles et éventuellement la lame d'air représente une résistance de l'ordre de 0,15 à 0,2 m2.K/W , soit 2 à 3 % de la résistance thermique que vous devez mettre en place : c'est tout à fait négligeable .
Par contre de ne pas prévoir de lame ventilée en sous-toiture présente des risques certains .
0

Vous n’avez pas trouvé la réponse que vous recherchez ?

Posez votre question
Merci atlassaturn d'avoir pris le temps de répondre à ce fil.

> Il y a des phénomènes de surrefroidissement de toiture, où la lame d'air ventilée est plus froide que l'air extérieur, amenant donc parfois à de la condensation. C'est assez documenté chez nos voisins belges : https://energieplus-lesite.be/concevoir/isolation2/concevoir-isolation-toiture-inclinee/faut-il-ventiler-la-toiture/
Mais peut-être que j'interprète mal ou dans le mauvais contexte.

> Touché ! Effectivement, je n'avais pas pensé à ça. La résistance thermique des tuiles est négligeable et cela ne doit pas être un argument en faveur de la "non ventilation" du complexe. Surtout que la maison est en pierre avec des murs assez humides...
0
atlassaturn
Messages postés
3138
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
31 juillet 2022
1 820
4 févr. 2022 à 11:58
bonjour
J'ai essayé de lire le document cité : Sans ironiser sur les histoires belges , c'est assez surprenant : il parle de "surrefroidissement" de la toiture : je ne sais pas à quel phénomène physique ils font allusion . De toutes façons , la toiture est entre l'air extérieur et l'espace entre l'isolation et la toiture qui ne peut être que plus chaud que l'air extérieur du fait des pertes thermiques à travers l'isolant , si faibles soit elles . Comment peut il y avoir génération de froid en dessous de la température la plus basse ?
On peut éventuellement trouver des phases transitoires (périodes de froid et arrivée brutale de foehn . De toutes façons ça ne peut avoir qu'un effet momentané , qui sera effacé rapidement .
Nota : l'article traite de la lame d'air entre l'isolation et une sous-toiture (non HPV ?) ce qui de toutes façons ne correspond pas à votre cas .
0
atlassaturn
Messages postés
3138
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
31 juillet 2022
1 820 > atlassaturn
Messages postés
3138
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
31 juillet 2022

Modifié le 4 févr. 2022 à 12:23
Pour être complet , il y a un cas où la ventilation de la toiture peut poser problème : c'est le cas des maisons , ou des granges en montagne qui peuvent être soumis au blizzard . Le vent du nord , chargé de neige poudreuse , s'engouffre sous la toiture , si il n'y a pas d'écran ; Dans l'espace plus calme sous la toiture , la neige en suspension tombe et peut s'accumuler . Je me rappelle avoir déneiger le fenil dans la ferme de mon père !
Je ne crois pas que ça corresponde à votre situation ! Par contre cette sous-toiture est obligatoire , à juste titre , dans certaines régions , en particulier dans les régions de montagne (altitude supérieure à 900 m)
0
Stef > atlassaturn
Messages postés
3138
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
31 juillet 2022

4 févr. 2022 à 14:31
Merci beaucoup pour ce retour très complet sur notre cas !
Nous ne sommes pas dans une configuration montagneuse : au beau milieu de la Loire à 300 m d'altitude. Un petit coup de blizzard n'est pas improbable mais c'est loin d'être la norme :-)

Effectivement l'article évoque le cas d'une lame d'air entre sous-toiture complète et isolant. J'avais tout de même l'impression que nous étions dans une configuration similaire avec une lame d'air entre notre isolant et les solives (surtout si on fait comme certains, avec un film HPV tendus entre les chevrons et sur lequel on va plaquer notre isolant). Bref, on ne voulait pas faire pire que mieux en "sur-ventilant" la toiture !

Et donc si on part sur une solution de ce type est-ce que cela vous semble OK ?
> On met à jour les joints bétons collés entre les chevrons sur les murs pour laisser passer l'air (avec des grilles pour éviter les petites bêtes)
> On place notre isolant entre nos chevrons mais en laissant bien une lame d'air de quelques centimètres (idéal : hauteur du chevron)
> On place des chatières en haut de notre toit pour permettre la circulation de l'air de l'égoût au faîtage

Et on ce qui concerne nos craintes :
> Surrefroidissement de toiture : ça reste encore à prouver :-)
> Pertes thermiques par rapport à une toiture chaude "négligeable"

Merci beaucoup pour vos conseils :-)
0
Bonjour

si vous regardez les DTU de la série 40 (couvertures) je ne pense pas que vous
trouviez des options toitures chaudes avec des couvertures tuiles terre cuite.

Cdt
0
Bonjour,
Merci pour votre retour ! Je n'ai eu malheureusement accès qu'à des "extraits" de DTU, je crains que le cas de notre toiture assez spécifique (sans sous-toiture) ne soit pas évoqué.
0