CALCUL DE LA CONSOMMATION FUTURE D'UNE POMPE A CHALEUR

MILOUENMAI17061607
Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 20 janvier 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
22 janvier 2020
- 20 janv. 2020 à 23:30
atlassaturn
Messages postés
3131
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 avril 2022
- 23 janv. 2020 à 21:56
Bonjour à tous,

Je suis néophyte en matière de pompe à chaleur.

Je suis en train de réfléchir à installer une pompe à chaleur en relève d'une chaudière à Fioul.

J'ai une maison ancienne ( début 1900 pour partie et 1970 pour une autre).

Ma chaudière actuelle tourne 6h par jour lorsque les températures extérieures sont entre 0 et 10°.

Sachant qu'elle consomme 5L/heure, soit 30 litres/jour, soit 300 Kw /J.

SOIT 300 kWh/J

Si on considère un rendement de 80 %, j'injecte 240 KW dans mes radiateurs.

SOIT 240 kWh dans mes radiateurs

Est-ce qu'il est correcte de dire que la pompe à chaleur , d'un rendement de 3,5, devra consommer 240/3,5 soit
68 KW.

Elle convertira effectivement 68 kWh électrique dans ce cas mais attention en HT aux rendements farfelus...

Merci de me dire si je suis dans les ordres de grandeur, ou à coté du sujet ??

3 réponses

atlassaturn
Messages postés
3131
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 avril 2022
1 811
21 janv. 2020 à 15:29
Bonjour
Les ordres de grandeur des facteurs de conversion sont bons mais quelques remarques :
-Plutôt que baser vos estimations sur le temps de fonctionnement du bruleur et sa consommation , il serait plus précis de baser vos calcul sur la consommation moyenne annuelle de FOD ; la consommation par jour est essentiellement variable . En fonction des chiffres donnés la consommation annuelle serait d'environ 5000 litres ce qui parait beaucoup , à moins d'avoir une grande surface très mal isolée dans une région froide .
-Prendre un rendement de 0,8 pour la transmission du pouvoir calorifique du FOD est un peu pessimiste . Le rendement d'une chaudière bien entretenue est plutôt de 0,9 . A moins que la chaudière soit éloignée des radiateurs et dans un local non chauffé non isolé , la perte entre la chaudière et les radiateurs devrait être négligeable
- Un COP de 3,5 est réaliste si les températures extérieures ne sont négatives qu'exceptionnellement et si les radiateurs peuvent fonctionner avec des températures moyennes (40 à 50 °c) , l'idéal étant quand la PAC fonctionne avec un plancher chauffant qui se contente de plus basses températures , avez vous un plancher chauffant ou simplement des radiateurs ?
0
MILOUENMAI17061607
Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 20 janvier 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
22 janvier 2020

22 janv. 2020 à 22:49
Merci de votre réponse. Effectivement ma maison est assez grande ( 250 m2), une chaudière dans un garage non chauffé, une isolation médiocre. Je consomme 3.000 litres par an, alors que c'est ma résidence secondaire que j'occupe à mi-temps. J'ai des radiateurs, et il me semble que 50°c est un minimum pour chauffer effectivement la maison. Je peux le vérifier avec ma chaudière fioul, en réglant la température de l'eau de la chaudière. J'ai prévu de garder la chaudière fioul pour les jours très froids, car j'ai vu que le COP baisse très sévèrement dans ce cas.
0
atlassaturn
Messages postés
3131
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 avril 2022
1 811
23 janv. 2020 à 21:56
bonsoir
3000 litres pour une occupation partielle , c'est cohérent avec une estimation de 5000 litres pour une occupation permanente . Bien sur la mise en place d'une PAC vous permettrait d'économiser 1000 à 1500 € par an , donc serait rentable en théorie ; néanmoins avec de telles consommations il est logique de se poser la question de l'isolation . EN investissant autant en isolation , est ce que la dépense en FOD ne serait pas divisée par deux ?
L'avantage de l'isolation c'est que
-toutes choses égales par ailleurs , elle fait gagner en confort
-elle ne nécessite pas d'entretien si elle est réalisée correctement
-elle ne tombe pas en panne
-elle n'a pas une durée de vie limitée
-elle n'est pas tributaire des évolutions prévisibles des coûts de l'énergie (quelle qu'elle soit)
-elle représente une plus-value plus sure à terme
Je crois qu'un parcours est à faire pour voir ce qui est réalisable en isolation et ce que cela ferait gagner et de comparer ça à l'investissement d'une PAC .
0