Condensation au plafond

Résolu/Fermé
ixianee
Messages postés
4
Date d'inscription
dimanche 14 juillet 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
16 juillet 2013
- 14 juil. 2013 à 15:32
 Zozo - 13 nov. 2018 à 21:39
le toit de mon appartement est en terrasse.J'ai fait refaire l'étanchéité,mais sans isolation thermique .j'ai donc du faire l'isolation par,l'intérieur,donc mis de la laine de verre de 9,5cm d'épaisseur et installé un plafond en PVC.De la condensation s'est formé et de l'eau s'écoulait du plafond.j'ai donc enlevé la laine trempée et remonté le plafond en mettant a chaque extrémité une grille d'aération.Le problème d'isolation thermique n'est donc pas résolu.qui peut me donner une solution pour avoir une bonne isolation thermique,sachant que je ne peux pas laisser d'espace entre la laine de verre et le toit,sinon je serais obligée de baisser trop le .plafond.pouvez vous m'aider à résoudre ce problème.Merci

16 réponses

atlassaturn
Messages postés
3131
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 avril 2022
1 811
Modifié par atlassaturn le 18/07/2013 à 09:53
Bonjour
Le problème n'est pas simple . Déjà en ce qui concerne "l'interdiction" d'isoler un toit terrasse en plaçant l'isolant au dessous de la dalle :
- le CSTB dans le CPT 3560 indique , sans autre précision , que la DTU 20-12 interdit cette solution ,
-La Chambre Syndicale Française de l'Etanchéité , dans le document que j'ai cité plus haut , précise que selon les règles de l'art l'isolation des toit terrasse doit se faire au-dessus de la dalle porteuse (dalle chaude) . Dans les solutions alternatives (chapitre 5) la possibilité d'une isolation complémentaire au-dessous d'une dalle bétonnée est admise , sous réserve que les calculs montrent que le point de rosée ne sera pas atteint sous la dalle . La possibilité d'isoler une dalle , dont l'élément porteur est une tôle nervurée , est envisagée , sous réserve de prévoir une lame d'air avec une ventilation forcée .

Donc dans le cas du problème posée , on sort des règles de l'art , ce qui ne veut pas dire qu'il n'existent pas de solution alternative , mais une telle solution doit être soigneusement étudiée pour éviter les problèmes que les règles de l'art ont prises en compte .
Le problème est donc bien d'éviter la condensation au dessous de la dalle porteuse , parfaitement étanche au ruissellement , donc très résistante à la diffusion de vapeur d'eau .
La solution mise en place avait effectivement toutes les chances de conduire à un désordre . Il est possible de faire mieux , toutefois le problème n'est pas de faire mieux , mais d'éviter tout risque d'avoir à nouveau ces désordres .

Avant de se lancer dans des travaux , il faut essayer de rassembler le maximum d'informations pour mettre toutes les chances de son côté :
indépendamment des avis donné ici , il faudrait essayer de voir (architectes , entreprises d'étanchéité ....) si des problèmes identiques n'ont pas été résolus de façons satisfaisantes ailleurs .

A mon avis , il faudrait :
- Réaliser un pare-vapeur aussi parfait que possible , c'est à dire une feuille plastique type polyane , si possible d'un seul tenant et suffisamment épaisse . Comme dit par Confusioux il faut soigner l'étanchéité en périphérie et au niveau du raccordement des lés éventuels . Il s'agit vraisemblablement d'un plafond suspendu , donc il faut aussi assurer l'étanchéité au niveau de la traversée des suspentes .
- Choisir un isolant non hygroscopique . Donc il faut exclure les laines minérales ou végétales et donner la préférence aux mousses plastiques alvéolaires à cellules fermées . L'idéal serait le polyuréthane ou polyisocyanurate , qui en plus a de très bonnes propriétés (conductivité thermique de l'ordre de 0,025 w/m.k) . A défaut (le polyuréthane étant cher et difficile à trouver) , le polystyrène extrudé . Il existe d'autres matériaux , mais encore plus difficiles à trouver ou à mettre en oeuvre (foam glass , klegecell , mousse de polycarbonate ...)
-Prévoir une ventilation entre l'isolant et la dalle , c'est à dire la circulation de l'air extérieur froid , surtout pas de l'air intérieur chaud et humide . Donc il faut laisser une lame d'air , selon les dimensions de la dalle il faudrait laisser au moins 2 cm . Si précédemment il y avait 95 mm d'isolant au dessus du lambris PVC il faudrait mettre au maximum 80mm de mousse polyuréthane (soigneusement jointoyée) , ce qui donnerait une résistance de plus de 3 m2.k/w , ce qui n'est pas l'optimum mais qui serait déjà une isolation . Il faut que cette lame d'air soit ouverte vers l'extérieur , ce qui implique des ouïes d'aération percées dans le mur (nombre et répartition à déterminer en fonction de la surface de la dalle) . Il n'est pas certain que cela soit suffisant pour assurer une ventilation , comme il n'y a pas de tirage thermique pour une lame d'air horizontale . Il faudrait prévoir un tout petit ventilateur , donc un branchement électrique . Un ventilateur de 10 à 20 w serait suffisant ; Si il fonctionne pendant toute la période de chauffage , cela ne représenterait que 50 à 100 kwh , soit de l'ordre de 10 €/an . C'est une chose qu'il faut garder possible , peut-être ce n'est pas indispensable ! Il y aurait une autre solution , si l'appartement est équipé d'une VMC et si il est très étanche à l'air , ce serait d'utiliser cette lame d'air comme entrée d'air frais , ou de mettre le ventilateur pour insuffler dans l'appartement l'air venant de l'extérieur et passant entre la dalle et l'isolant . Il s'agit de possibilité , à étudier en fonction des particularités de l'appartement .
19