Problème odeur peinture persistante

Signaler
-
 Thibaut -
Bonjour,
Suite à un chantier au mois de novembre 2019 concernant la rénovation de la peinture de la cage d'escalier de ma maison, les murs dégagent toujours une odeur chimique qui s'accentue désormais avec l'augmentation des températures au printemps.
Le support initial est un placo sur lequel avait été appliqué par l'ancien propriétaire une peinture talochée "résineuse". L'entreprise de rénovation a donc d'abord poncé l'intégralité, puis appliqué une sous-couche glycéro de la marque Caparol (avec max 350g/L de COV), puis passé 2 couches de peinture acrylique Caparol. Le tout en 2 jours d'intervention.
Une légère odeur a toujours subsisté mais là ça empire.
J'ai passé beaucoup de temps à lire sur le net quelles pouvaient être les potentielles causes, et j'avoue que finalement beaucoup de choses se corroborent et contredisent à la fois.
J'ai tout essayé pour faire partir l'odeur: levure de boulanger, bicarbonate de soude, papier d'arménie, vinaigre blanc. L'odeur vient bien des murs: quand on met son nez directement sur le mur on la sent très fortement.

Comme c'était en novembre, nous n'avons peut-être pas assez aéré. Est-il possible que le solvant se dégage encore petit à petit, et que continuer d'aérer avec l'augmentation de la température va définitivement faire disparaître l'odeur?
Peut-être également qu'ils n'ont pas attendu assez longtemps que la glycero sèche. Est-il possible que le solvant soit emprisonné et continue à dégager cette odeur indéfiniment?

Le souci terrible dans cette histoire est que mon épouse est enceinte depuis octobre, et que même si elle n'était pas dans la maison lors des travaux et les 2 semaines qui ont suivi, je suis très inquiet des répercussions de ce choix de peinture glycéro de la part de l'entreprise de rénovation alors qu'ils connaissaient la situation de mon épouse. Les articles sur ce sujet sur le net font peur et je me pose la question de leur véracité. Ils parlent d'exposition "prolongée" à des substances dégageant des COV, mais il n'y a pas de chiffre derrière ce "prolongé". C'est en jours, mois, années?

Enfin, si l'odeur persiste, que vaut-il mieux faire:
- bloquer l'odeur avec un nouveau revêtement? A ce moment là quoi? Nouvelle couche de peinture?
- tout reponcer et refaire la peinture?

Merci de votre aide car je suis complètement démuni. L'entreprise n'est pas très volontaire pour trouver une solution malheureusement.

3 réponses

Messages postés
12231
Date d'inscription
lundi 9 mai 2016
Statut
Contributeur
Dernière intervention
18 mai 2020
792
Bonjour,

Problème plus que récurrent, et sans solution miracle, malheureusement !
Vous pouvez lire tous les liens en bleu sous votre message...

Cdt
Messages postés
31081
Date d'inscription
vendredi 13 avril 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
18 mai 2020
2 432
Bonjour Thibaut, bonjour gt.55.

Si comme vous le dites, l'odeur dégagée est bien une odeur "chimique", c'est-à-dire une odeur de solvant, alors elle provient très certainement de la sous-couche glycéro, car aucune acrylique appliquée par-dessus ne pourra masquer l'odeur du solvant qui sèche.
Les peintres n'ont-ils pas attendu assez longtemps avant d'appliquer la peinture acrylique ? Possible...
Il faut compter 24 heures de séchage au minimum entre l'application de glycéro et son recouvrement par une peinture à l'eau. Mais 24 heures avec une hygrométrie inférieure à 50 % et une température de 20 ° C. En novembre, il faut chauffer fortement pour atteindre 20 ° C, surtout dans une cage d'escalier. Possible aussi que la sous-couche ait été trop vieille, ou défectueuse.
Nous ne le saurons sans doute jamais.
Si l'odeur n'avait pas été celle de solvant mais au contraire, une odeur de charogne ou d'œuf pourri, la responsable aurait été la peinture acrylique, touchée par une contamination fongique ou bactérienne.
lisez ces "quelques" posts, tous issus de notre forum:
https://bricolage.linternaute.com/forum/affich-36513-pourquoi-une-odeur-infecte-avec-de-la-peinture
Quant à la nocivité des COV, elle relève plus du marketing que de la santé publique.
Si c'était si toxique, les peintres en bâtiment qui sont les plus exposés, développeraient certaines maladies. Or la sécurité sociale ne reconnait aucune maladie professionnelle des peintres, liée à l'inhalation de COV. Et je connais personnellement beaucoup de peintres d'un âge assez avancé.
Une éventuelle solution serait de recouvrir tout ce qui a été peint par une nouvelle couche de peinture glycéro véritable, qui sentirait à nouveau le solvant, mais pour une courte période. Evidemment, c'est un très gros travail, sans aucune garantie de réussite.
Mais pourquoi votre entreprise a-t-elle passé une sous-couche glycéro (et non acrylique) avant la peinture acrylique ?

Je vous souhaite bon courage. Cordialement.
Merci beaucoup pour ces premières infos.
L'entreprise a choisi la glycéro en sous couche car elle pensait que de la sous couche acrylique ne permettrait pas de bien accrocher sur l'ancien revêtement... C'est issu d'une mauvaise expérience précédente.
Entre temps ce matin, j'ai reçu 2 retours importants de Caparol.
Le premier, du distributeur local, dit qu'il a envoyé une requête au service qualité pour savoir s'il y a eu des lots défectueux. Il me dit aussi que pour l'instant il faut aérer à fond car il reste probablement du solvant qui ne s'est pas évaporé, raison pour laquelle ça continue de diffuser. Il dit que ça pourrait également être un pb de réaction entre l'ancien support et la nouvelle glycéro. Il me propose donc une solution à tester sur un petit pan de mur: lessiver avec un mélange de 95% eau et 5% javel. La javel aurait un effet de neutralisation ou libération des solvants bloqués. Du coup je vais essayer demain. Il viendra de toute façon semaine prochaine pour constater le pb.
Le second, du support technique de Caparol, me dit aussi d'aérer à fond, et que c'est la seule solution connue. La personne ne connait pas cette technique avec la javel, et me dit donc de faire attention à ne pas décolorer la peinture donc d'y aller doucement. Elle a émis une requête a une des chimistes de la marque pour trouver une potentielle autre solution.
Par contre, pour revenir sur la nocivité, le support technique Caparol m'avoue que le passage d'une glycéro en intérieur est tout de même à éviter. En extérieur pas de pb, mais en intérieur il faut éviter.
Je vous tiens au courant de l'essai de demain.
Merci!