Comment testez-vous vos disjoncteurs divisionnaires ?

Signaler
-
Messages postés
2835
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
9 juin 2020
-
Bonjour,

J'ai commandé en Legrand de quoi monter un petit tableau provisoire, en attendant rénovation:

- 1 ID 30 mA 40A type AC
- 3 DD : 10A, 16A, 20A
- 1 prise modulaire

J'ai voulu tester le bon fonctionnement de tous ces modules:

- ID 30mA: pas de problème, j'ai pressé plusieurs fois le bouton de test et ça marche nickel.
- DD : heu... pas évident à tester, y'a pas de bouton qui provoquerait une intensité max. déclenchant le DD ! :(

J'ai donc créé, durant une 20aine de secondes, une situation de surintensité à risque devant normalement provoquer l'interruption du circuit de la prise modulaire en la reliant aux différents DD 16A et 10A.

/!\ Exemple typique à ne pas suivre mais parfait pour un test /!\
Sur 1 rallonge à prises multiples supportant 3500W, branchée sur la prise modulaire du tableau, j'ai connecté plusieurs appareils assez puissants.

- DD 16A (soit 3680W max.) protégeant la prise modulaire :
appareil: puissance mesurée au wattmètre (puissance plaque signalétique)
. fer 2000W (2400W)
. aspirateur 1500W (1800W)
. perceuse 400W (450W)
========
3900W ==> le DD ne saute pas !?!


- DD 10A (soit 2200W max.) protégeant la prise modulaire :

. fer 2000W (2400W)
. aspirateur 1500W (1800W)
=======
3500W ==> ne saute pas !!!!!!!


. fer 2000W (2400W)
. aspirateur 1500W (1800W)
. perceuse 400W (450W)
========
3900W ==> ne saute pas !!!!!!

Heu... J'ai un gros doute sur le bon état de mes DD !
...ou peut-être que je n'ai pas testé assez longtemps... que l'eau dans le fer a chauffé très vite et que du coup la résistance a été coupée et la puissance absorbée a chuté....

D'autres hypothèses ou suggestions de tests ?
Comment testez-vous vos DD ?

@+

Zebulon.

8 réponses

Bonjour Zebulon,pour provoquer une surintensité faites un court-circuit!Mais par sécurité demander l'assistance sur place d'un électricien,car c'est pas sans danger.
Bonjour

Personnellement je mettrais une charge résistive non régulée de 25% supérieur a la puissance correspondant à la protection avec des câbles adaptés a cette puissance directement en sortie de disjoncteur à tester

2.5mm² pour 16amp, 4mm² pour 20amp, 6mm² pour 30amp
le 10amp passe a 12.5amp en charge soit 2800watt environ pour le test
le 16amp passe à 20amp en charge soit 4500w pour le test
le 20amp passe a 25amp en charge soit 5600w pour le test
brancher toujours avec la terre
si en 2mn le disjoncteur n'a pas sauter remplacer le

Pendant l'opération surveiller que le câblage du tableau de chauffe pas
faite les connexions avec le disjoncteur EDF arrêté

Cdlt
Bonjour,

NB: comme l'indique le titre, ma question porte sur les disjoncteurs divisionnaires (détection surintensité) et non différentiels (détection fuites de courant vers la terre). ;)

@Nanard01

Merci pour ta réponse qui colle le plus au sujet.

Qu'entends--tu par "charge résistive non régulée de 25%".
Il faut un appareil de contrôle spécifique sur lequel on règle la résistance pour déterminer l'intensité qui le traverse ?
Tout électricien est-il équipé d'un tel appareil ?

Si je teste ampériquement... heu empiriquement en branchant des appareils sur la rallonge, je ne peux en fait tester que le DD 10A sinon en DD 16A coupant à 4500W, je crame ma rallonge supportant 3500W (même s'il y a une petite marge) !

Zebulon.
Re

Charge résistive = résistances sans régulation (thermostat ou doseur) pour que l'intensité soit toujours au maxi

La puissance nécessaire peut être crée par la mise en // de plusieurs résistances

Pas question de le brancher sur une multiprise mettre les câbles adaptés avec la terre.

Cdlt
'soir !

Si je comprends bien, il n'existe pas d'appareil portable spécifique pour ce genre de tests ?

Zebulon
Re

Je ne pense pas , il faut empiler des radiateurs pour arriver a la puissance.

Cdlt
J'ai renouvelé les tests du disj. divisionnaire 10A Legrand et franchement, je ne suis conforté dans mes craintes !

J'ai branché cette fois 4 appareils sur la rallonge multiprises (supportant 3500W max.) reliée à la prise modulaire du tableau.

------------------------------------
Appareil, puissance mesurée au wattmètre (puissance sur fiche signalétique), intensité mesurée, cos Phi
------------------------------------
Sèche cheveux: 485W (1000W), 3A, 0.71
Mini radiateur élec.: 1000W (1500W), 4.6A, 1
Perceuse : 360W (450W), 1.6A, 0.7
Aspirateur : 1300W (1800W), 6A, 1
======================
Total : 15.2A (13.8A en tenant compte du cos phi) >>10A

Durée du test : env. 2 min.
J'ai du stopper car le fil de la rallonge commençait à chauffer !!!
Le disj. divisionnaire 10A n'a pas bronché !?!
Il aurait quand même du couper, non ?

Je vais contacter Legrand dès que leur messagerie sera opérationnelle.

Si quelqu'un veut reproduire le test, EN PRENANT TOUTES LES PRECAUTIONS REQUISES, je suis preneur du résultat obtenu.

Finalement, j'ai laissé 2 fils fusibles en plomb 10A dans la vieille tabatière en porcelaine, en attendant rénovation, j'ai plus confiance !

Salutations,

Zebulon.
Messages postés
2835
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
9 juin 2020
1 055
Bonsoir
Pour tester un disjoncteur il faudrait avoir sa courbe caractéristique , c'est à dire le temps de déclenchement en fonction de la surintensité .
Pour un disjoncteur electro-magnétique le temps de réponse est très rapide (1 mS) mais , selon la norme applicable , pour une intensité égale à 3 à 5 fois l'intensité nominale (ou même plus pour certain types).Un disjoncteur magnétique est donc bien adapté à la protection contre les court-circuits .
Pour un disjoncteur thermique le temps de réponse est plus lent et dépend bien sur de la surcharge . Il est donc plus adapté aux protections contre les surcharges . Par contre je n'ai pas trouvé de données précises et les normes applicables .
Les deux dispositifs sont associés dans les disjoncteurs "magneto_thermiques" pour une protection "optimale" contre les surcharges et les court-circuits . Je crois que c'est le cas des disjoncteurs domestiques , mais je n'en suis pas sur : les documentation ne sont pas assez détaillées . De toutes façon le seuil de déclenchement n'est certainement pas à 10 ou 20 % près . Pour avoir des disjoncteurs très précis il faut des dispositifs électroniques ce qui n'est pas le cas des petits disjoncteurs de tableau .
Si vous trouvez des données plus précises sur les courbes caractéristiques des appareils de tableau , je suis preneur , j'avoue avoir été surpris par ces données .
Nota : il ne faut pas croire que les fusibles sont plus précis :selon la norme un fusible doit fondre pour une intensité supérieure à l'intensité nominale et selon les modèle en moins de 1 mS à 1 S pour une intensité égale à 10 fois l'intensité nominale . Au dessous de dix fois l'intensité nominale le temps de réponse sera plus grand , mais il est admis qu'un fusible peut supporter une surcharge comprise entre 0 et 100% sans fondre du tout , c'est à dire que certains fusibles peuvent supporter jusqu'à deux fois l'intensité nominale sans jamais lâcher ! c'est la dispersion
Messages postés
1167
Date d'inscription
jeudi 17 février 2011
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 mai 2017
352
Bonjour

Le déclenchement n'interviendra qu'au bout de plusieurs minutes,

Voici un exemble de courbe de plusieurs types de disjoncteurs, courbe B et D
Pouyr la courbe C (disjoncteurs domestiques) c'est entre les 2 jusqu'a 2 secondes

La ligne verticale = temps en secondes
La ligne horizontale = coef multiplicateur intensité
Par exemple pour un 10 A entre 15 et 20 A au bout de 40 secondes (coef 1,6 à 2 fois le courant nominal à 40 secondes)

http://www.installations-electriques.net/Apelm/Mater/disj%20B_D.JPG
Messages postés
2835
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
9 juin 2020
1 055
Bonjour

Question à stf_maresson : Est ce relatif à un disjoncteur Thermique , magnétique ou magnéto-thermique ? ça ressemble au comportement d'un magnéto thermique avec une réponse rapide à plus de 3 fois l'intensité nominale (dispositif magnétique) et un temps de réponse de plus en plus grand pour des surintensités plus faibles (dispositif thermique) . Par contre je n'ai pas trouvé la courbe C la plus intéressante (disjoncteur domestique . En tout cas , merci pour cette réponse intéressante .
Messages postés
1167
Date d'inscription
jeudi 17 février 2011
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 mai 2017
352
Bonjour

La courbe C n'est pas représentée mais se trouve entre la limite suppérieure de la courbe B et inférieur de la courbe D ceci pour la parte magnétique du disjoncteur

Pour la partie thermique, les courbes sout quasiment identiques à partir de 4 secondes

Les disjoncteurs divisionnaires sont bien sur magnéto-thermiques
Messages postés
2835
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
9 juin 2020
1 055
merci pour cette info

bonjour,
quel est l'intéret de vérifier les valeurs de déclenchements des disjoncteurs ?
si l'installation est correctement réalisée,on atteint rarement l'intensité maxi des disjoncteurs .
Messages postés
2835
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
9 juin 2020
1 055
La courbe communiquée par stf_masseron montre bien que pour activer le disjoncteur il faut des surcharges importantes :
2 fois l'intensité maxi pour déclencher en quelques secondes
1,5 fois pour déclencher après 1 à 15 minutes
1,2 à 1,4 fois pour déclencher dans un temps très long (1 heure ou plus)

Ceci n'est pas en contradiction avec les résultats obtenus par Zébulon

La question a eu le mérite de mettre en évidence ce que l'on peut attendre d'un disjoncteur domestique (ce qui , quoi qu'on puisse dire , est plus précis qu'un fusible)
Bonjour,
Pour tester un différentiel , vous branchez des lampes de puissance croissante
entre une phase et la terre.

Pour les surintensités cela peut mettre un certain temps si cette surintensité est juste
en dessus de celle autorisée.
Cela dépend de la température ambiante .
Bonne journée,
Messages postés
2835
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
9 juin 2020
1 055
Le différentiel 30 mA doit déclencher à 30 mA (et pas 50 mA qui dans les conditions extrèmes peut être mortel) . Ceci correspond à une puissance de 0,03X240 ou 7,2 w maxi .Encore faut-il trouver une lampe 7,5 w pour 240 V . Ceci étant je ferais plus confiance au bouton de test qui incorpore cette fonction .
Par contre je suis un peu interloqué par les résultats de Zébulon surtout avec du matériel Legrand censé être le top !
Bonjour

Pour les 7.5w c'est peut être faisable avec un petit chargeur de pile ou une alimentation de jeu en 9v de 800 / 900mA ou 12v 600mA
Messages postés
2835
Date d'inscription
mardi 24 mars 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
9 juin 2020
1 055
Bonjour
Le principe du disjoncteur différentiel est de détecter une différence d'intensité (alternative) entre la ou les phases d'une part , et le neutre d'autre part , (courant allant à la terre par l'intermédiaire d'une fuite due à un défaut d'isolement ou par le court-circuit avec la terre , réalisé par le corps humain qui touche un conducteur et qui est en contact avec la terre) . Je ne pense pas qu'on puisse le simuler avec une alimentation courant continu . Il faut une résistance de 8 kiloohms (en fait 7,5 parce que le dispositif doit intégrer une résistance de 500 ohms) , ce qui correspond à une lampe de 7, 2 w ou pour arrondir 7,5 w (RI2=7500X0,03X0,03=7,2w)